Sylvain Lablée 2017-02-21T19:48:23+00:00

Sylvain Lablée

C’est en suivant l’option théâtre au lycée Lamartine que Sylvain Lablée voit la scène pour ce qu’elle est : une évidence. Au cours de ces trois ans, il travaille aux côtés de nombreux comédiens-intervenants, dont Serpentine Teyssier et Olivier Cruveiller, et prête corps et voix à des auteurs qui le marquent profondément (Beckett, Bond, Sophocle, et Tchékhov, essentiellement). En 2006, il donne vie au personnage d’Oronte dans un Misanthrope musical signé David Géry, présenté au Théâtre de la Commune avec sa classe de terminale.

À la sortie du lycée, il met sa passion entre parenthèses, le temps de décrocher sa licence de Langues Étrangères Appliquées anglais/allemand. C’est à son retour d’Angleterre, après avoir passé sa troisième et dernière année d’étude là-bas, qu’il reprend la route qu’il avait délaissée. Il entre alors au conservatoire municipal Gustave Charpentier du XVIIIème arrondissement de Paris, où il suit l’enseignement rigoureux de Jean-Luc Galmiche, collaborateur du Mime Marceau, et de Frédérique Pierson, formée à l’école du TNS. Il en sort trois ans plus tard, diplôme et mention très bien en poche.

Il aime défendre des textes engagés, porteurs de valeurs et remplis de révolte. Sur les planches, on a pu le voir sous les traits d’André Gide dans L’Ombre d’Oscar Wilde de Lou Ferreira au Théâtre du Nord-Ouest, dans la peau d’un soldat dans 14-18 Refus d’obéissance de Fabienne Rousso-Lenoir au Théâtre 14, ou sous les traits d’une femme dans un Hamlet mis en scène par Baptiste Belleudy, en France et en Suisse, dans la Tour Vagabonde.

À l’écran, Sylvain Lablée est mû par la même curiosité et la même rigueur. On a ainsi pu l’apercevoir en joggeur du dimanche dans le court-métrage osé de Jean-Marie Villeneuve, The Cream, sélectionné au Festival Chéries-Chéris 2011 et diffusé sur Pink TV, dans le court-métrage Tugël d’Ousmane Dary, dans le rôle d’un sans-abri, ou encore dans le court-métrage Vous Autres, réalisé par Wallis Montembault, en garçon à la timidité maladive. Citons également la web-série de science-fiction, L’Émissaire des Étoiles, où il interprète un tueur à gages.

Membre fondateur de La Bande à Léon, il travaille actuellement avec elle sur de nombreux projets, artistiques et culturels, dans un éternel souci d’ouverture, de partage et d’humanisme, sur la scène et sur le terrain, au plus près de l’Homme et de l’Autre.

< Romain Henry │ Retour Jérémy Leite >